• bandeau_mdlc1
Vous êtes ici :   ACCUEIL » Shenandoah - Episode 13
 
 
Recherche
Recherche
Nouveautés du site
(depuis 20 jours)
Articles
NOUVELLES

Pavillon_MDLC.jpg

AU BASSIN DE LA MARINE

Pot des BORDEES

Vendredi 23 juin à partir de 18h30

Marins de la Citadelle, avant de larguer les amarres pour le sud ou ailleurs...


Venez trinquer à l'AMITIE !

bar_marine.jpg

Il ne manquera que le pastis !


Fermer

Episode 13

Erratum : le brouillard a du persister dans ma tête, nous étions bien à Utklippan les 28 et 29 JUILLET (et pas juin comme indiqué dans le précédent journal de bord).

Mercredi 30 juillet : Journée de repos/visite à Simrisham ; il a plu cette nuit, et le ciel gris nous fait craindre un peu d’eau aujourd’hui ; nous partons cependant nous balader en ville en T-shirt et gagnons notre pari ; la pluie ne reprendra qu’en fin de soirée. Simrisham est un port de pêche (les nombreux casiers que nous avons dû éviter à l’approche du port nous l’ont rappelé), aux rues tranquilles bordées de maisons pastel, sauf bien sûr la rue commerçante très animée malgré la menace de pluie. Une petite place entre l’église et la maison communale accueille quelques échoppes de fruits. Près du port, les terrasses des restaurants sont bondées à l’heure du déjeuner : ce soir, nous irons en tester un, en remplacement du barbecue prévu et remis à une date ultérieure pour cause météorologique.

Jeudi 31 juillet : Départ pour Ystad, à une trentaine de milles ; notre premier bord est vers le sud, pour doubler un cap à une quinzaine de milles ; le vent d’est promis est au rendez-vous… même un peu plus fort que prévu ; un ris dans la grand voile ne sera pas de trop. Le bateau marche super bien, nous arrondissons le cap en lofant, et caressons l’espoir d’un grand bord au large au près serré, pour rejoindre notre destination finale à la voile. Mais notre enthousiasme tombe dès que nous avons doublé le cap, la mer se déchaine, et le vent dépasse les 25 nœuds : nous choisissons l’option moteur pour la deuxième partie du trajet, et sommes contents d’arriver à Ystad, l’estomac un peu barbouillé. Dans l’après-midi, le vent continue à forcir, tandis que nous découvrons la ville.

Vendredi 1er août : Nous quittons Ystad pour Klintholm, sur l’île danoise de Møn, à une cinquantaine de milles au sud de Copenhague. Le vent au départ a la force idéale, mais pas la bonne direction (dans le pif), puis il prend la direction idéale (au travers), mais faiblit trop pour avancer ; nous gardons cependant les voiles hautes pour assister le moteur. Nous affalons définitivement (pour cette année) le pavillon de courtoisie suédois, que nous arborions depuis 45 jours, pour le remplacer par le danois. A partir de Klintholm, nous revoici en terre (et mer) connues ; à l’exception de Travemünde (et Lübeck), les étapes suivantes faisaient partie de nos vacances de 2012 ou de 2009. Nous doublons les superbes falaises de l’île de Møn, qui démentent la réputation du Dannemark de « plat pays », et entrons dans le port de Klintholm, à moitié vide. Nous choisissons un ponton proche de la plage, en face de l’emplacement réservé aux barbecues. L’eau de mer se révèle particulièrement chaude ; il est vrai qu’elle n’est pas très profonde en face de la plage, et protégée par un banc de sable qui longe la côte. Le soir, tandis que le capitaine met le feu aux briquettes, nous dégustons notre apéritif au soleil.

Samedi 2 août : Jour de repos complet à Klintholm : en 2009, avec nos amis d’Elsie, nous avons déjà fait la promenade de 3 km le long des falaises, descendu l’escalier en bois de plus de 700 marches jusqu’à la mer, longé la plage jusqu’à notre point de départ… et remonté un autre escalier en bois de plus de 700 marches ; le bateau ne requiert pas de travaux particuliers d’entretient ; les provisions de nourriture sont suffisantes pour quelques jours ; bref, aucune autre activité prévue que le repos. Le ciel est un peu mitigé ; à midi, la baignade apéritive à l’eau de mer est immédiatement suivie d’une douche à l’eau de pluie. Le vent se met à souffler plus fort que prévu, on vient d’entendre à la VHF qu’un bateau a démâté au large de Klintholm… qu’on est bien à quai pour le moment !

Dimanche 3 août : Il est temps pour le pavillon danois de rejoindre son ami suédois dans le fond du tiroir, et pour le pavillon allemand de remonter au mat, nous quittons aujourd’hui Klintholm pour le port de Warnemunde, sur la côte nord de l’Allemagne. Malgré les prévisions de maximum 6 nœuds de vent, nous pouvons naviguer à la voile pendant deux bonnes heures, d’abord au travers, puis au près, jusqu’à ce que le vent refuse encore (nous enroulons le génois) et encore (nous affalons la grand voile), et tombe en dessous de 4 nœuds, comme prévu ; comme prévu aussi, il fait très chaud, l’averse qui nous a copieusement arrosés ce matin est oubliée (nous avons quitté nos cirés), et les orages sont passé à côté de nous. Vers 11h, une radio allemande envoie sur la VHF un avis de coup de vent pour la baltique sud, à 15 m/s (30 nœuds) : le capitaine prend immédiatement les mesures qui s’imposent, il chausse ses bottes, réenfile son ciré, se félicite d’avoir affalé les voiles, et suggère de préparer les tartines du déjeuner « avant que cela ne secoue trop ». Ensuite, nous étudions tous les deux cartes et livres à notre disposition pour trouver le havre idéal, et concluons que le petit port de Gedser (à la pointe sud du Dannemark), derrière la gare des ferrys, à une dizaine de mille, ferait l’affaire. Comme il ne nous reste qu’une trentaine de milles jusqu’à destination, avant de prendre une décision, le capitaine rappelle la station radio pour savoir à quelle heure le coup de vent est attendu : ils nous répondent que les avis sont diffusés 24h d’avance, et celui que nous avons entendu a été émis à 9h02 UTC ; ils répètent ensuite ces informations sur le canal 16. Nous gardons le cap et dégustons nos tartines avec appétit. La traversée se poursuit sans vent et par mer calme, et nous accostons à la marina de Warnemunde vers 16h ; cette marina, qui fait partie d’un complexe hôtelier de luxe installé à l’embouchure de la rivière Warnow, sur la rive droite, est super équipée, rarement pleine et pratique des prix démocratiques.

Lundi 4 août : Nous achetons un billet TTBB (Train, Tram, Bus, Bateau) pour aller visiter la ville hanséatique de Rostock, à 5km en amont sur la rivière Warnow. Warnemunde et Rostock se trouvent sur la rive gauche de la rivière, un ferry, un train et un tram nous emmènent à la grand place de Rostock (Neuer Markt), point de départ de la visite. Bien qu’en partie détruits pendant la guerre, les monuments historiques ont été superbement restaurés : l’hôtel de ville à double fronton, l’église Sainte Marie et son horloge astronomique, les remparts de la ville, et les deux magnifiques portes qui subsistent, l’université (une des plus vielles d’Europe, 1419), la fontaine sur la place de l’université, et partout, des maisons colorées de style hanséatique nous séduisent tous les deux ; la rue principale est noire de monde, Rostock est une des destinations classiques de croisières en baltique, et deux énormes bateaux de croisières sont amarrés à Warnemunde ; dans l’ancienne partie de la ville, moins touristique, la « vielle » grand place (Alter Markt), l’église Saint Pierre à la tour très pointue et l’église Saint Nicolas (la plus vielle de la régions baltique) nous ont aussi charmés.

Mardi 5 août : Nous reprenons le ferry pour nous promener à Warnemunde, une station balnéaire sympathique et animée. Nous en profitons pour faire quelques provisions, avant de rentrer nous reposer au bateau.

Mercredi 6 août : Nous poursuivons nos visites des villes hanséatiques, aujourd’hui c’est à Wismar que nous amène le train à travers la campagne ; après Stralsund (que nous avons visité il y a deux ans) et Rostock, nous admirons la remarquable restauration, entreprise après la réunification (et toujours en cours) de ces villes anciennement en Allemagne de l’est. Au départ de la gare, nous rejoignons le centre ville à travers des rues calmes, et traversons un petit canal artificiel qui se termine dans la mer baltique. Les maisons aux tons pastels, surmontées d’élégants frontons qui dépassent généralement le toit, sont plus jolies les unes que les autres ; elles nous semblent plus authentiques qu’à Rostock. Elles bordent aussi la grand place qui abrite l’hôtel de ville tout blanc et l’ancienne pompe à eau qui a fourni la ville en eau potable jusqu’en 1897. Les plus anciennes constructions sont de style « gothique » en brique rouges, notamment l’église Saint Nicolas dont la décoration intérieure est en briques nues, la dernière porte de l’enceinte de la ville et la court des Princes qui fut le siège des Ducs de Mecklenburg… Ambiance différente, moins touristique, mais autant de charme, si pas plus, que Rostock.


Date de création : 08/08/2014 ¤ 09:28
Catégorie : -
Page lue 2228 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  442706 visiteurs
  5 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 203 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
La Lettre des MDLC
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
121 Abonnés