• bandeau_mdlc1
Vous êtes ici :   ACCUEIL » Shenandoah - Episode 12
 
 
Recherche
Recherche
Nouveautés du site
(depuis 20 jours)
Articles
NOUVELLES

WEEK-END à NIEUWPORT
les 07 & 08 octobre 2017

cliquez ici

Episode 12

Vendredi 25 juillet : Nous quittons l’île d’Oland pour rejoindre la ville de Kalmar, sur le continent. Le vent s’est levé un peu plus tôt que les jours précédents, et nous un peu plus tard, ce qui nous permet de rejoindre Kalmar à la voile, d’abord sous foc seul (le vent est pratiquement arrière), puis sous Gennaker. Nous arrivons vers 13h, et avons un large choix de places à quai. Après-midi entretient/maintenance (et oui, il en faut), tous hublots ouverts, sous un soleil de plomb : la vague de canicule qui se prolonge était plus supportable en mer. Le soir venu, nous nous plongeons avec délice sous la douche froide.

Samedi 26 juillet : Journée idéale pour la visite de notre dernier château en Suède : ses épais murs épais devraient nous protéger de la chaleur. Bâti à partir d’une tour en bord de mer, datant de la fin du 12ième siècle, sensée protéger les habitants contre les pirates environnants, le château de Kalmar a été agrandi, fortifié et modernisé au fil du temps, d’abord en place forte médiévale, puis en palais de style renaissance. Stratégiquement placée aux portes du Dannemark, à l’époque où les provinces du sud faisaient partie du territoire danois, son heure de gloire a été la signature du traité de formation de l’Union de Kalmar, concoctée par la reine Margaret de Dannemark, réunissant Norvège, Dannemark et Suède sous une seule couronne (celle de son fils adoptif), avec une politique étrangère commune. La ballade dans le parc fleuri du château est agréable, et la visite guidée nous en apprend un peu plus sur l’histoire de la Scandinavie et la vie des rois à l’époque de la renaissance. De retour au bateau, nous passons les heures les plus chaudes à nous reposer, avant de partir pour une expédition shopping, au centre commercial voisin, à vélo. Dans la soirée, nous redécouvrons un phénomène météorologique que nous avions oublié depuis un mois : une fine pluie se met à tomber ; nous fermons le hublot central avant d’aller nous coucher.

Dimanche 27 juillet : Le ciel est toujours couvert, et un petit crachin nous incite à enfiler nos cirés complets, pour ne pas mouiller nos shorts. Nous établissons les voiles à la sortie du port, et Shenandoah part au travers vers Kristianoppel, notre prochaine étape. Le vent forcit un peu, et le ciel se déchaine brusquement ; pendant une demi-heure, nous sommes copieusement arrosés. Puis le ciel s’éclaircit, et le vent tombe ; de loin, nous observons l’orage qui ravage l’île d’Oland, à notre tribord, en espérant l’éviter. Le vent varie de 6 à 18 nœuds, et nous réglons constamment les voiles en fonction de l’allure ; à 20 nœuds, nous rentrons un peu de foc, prenons un ris, et quand l’anémomètre monte à 25 nœuds à 2 milles de notre destination (au milieu des cailloux), nous affalons tout. Bonne décision que vient confirmer une pointe à 32 nœuds. Le capitaine aperçoit quelques bateaux à l’arrêt devant l’entrée du port, et suppose, avec son optimisme habituel, qu’ils sont à l’ancre parce-que le port est plein. Heureusement, il n’en est rien, un bateau en difficulté au milieu du port empêche provisoirement l’accès, qui se dégage à notre arrivée. En ce dimanche, une foule de touristes se ballade sur le port, où les cabanes de bois rouge abritent cafés, restaurants et boutiques d’objets artisanaux. Le village fleuri est blotti entre deux rues, et des morceaux de rempart rappellent la place stratégique de la « ville » (81 habitants aujourd’hui) du temps où elle était danoise (en face de la forteresse suèdoise de Kalmar !).

Lundi 28 juin : Ce matin, nous mettons le cap sur Utklippan, une petite île au milieu de nulle part, à plusieurs milles au sud de la côte suédoise. Aussitôt sortis du port, nous sommes engloutis dans un épais brouillard ; nous croisons un bateau à 250m, bien visible au radar et à l’AIS, mais pas avec les yeux. Le brouillard se dissipe après deux heures, et nous apercevons bientôt une terre à l’horizon, puis le phare rouge de l’île d’Utklippan. Le petit port rectangulaire, bâti sur l’île voisine, est à l’abri des vents de toutes directions (quand il y en a !) ; il dispose d’une trentaine de places à quai, et plusieurs d’entre elles sont encore libres ; bien entendu, ce soir, les bateaux seront 3 ou 4 à couple. La seule construction de l’île est le petit bâtiment sanitaire du port ; sur l’île d’Utklippan (accessible avec les barques prêtées par le port) se dressent quelques maisons rouges et le phare visible de loin. Les deux îles sont entourées de rochers découpés, parfois couverts d’algues jaunes ; des plantes et fleurs multicolores poussent entre les rochers. Les îles sont habitées par une multitude d’oiseaux, qui se laissent photographier sans bouger : elles font un peu penser à la petite île danoise de Fredriksö qui nous avait tant charmés il y a deux ans. Après une promenade sur les rochers, nous allons nous reposer au soleil sur le bateau et nous rafraîchir dans l’eau du port et des deux petits avant ports, comme nos voisins. Le soir, les barbecues s’organisent, tandis que les occupants d’un bateau voisin donnent un petit concert improvisé. Le capitaine allume notre barbecue sur le quai, et nous dressons la table dans le carré, pour déguster les steaks « cooked to perfection », accompagnés d’une salade verte et d’une salade de pommes de terre.

Mardi 29 juin : Nous larguons les amarres à 8 h, et quittons Utklippan et mettons le cap sur Simrisham, pour un long bord de plus de 50 milles vers le sud-ouest, dans le brouillard le plus complet. Aucune trace ne vient nous inquiéter, ni sur l’AIS, ni sur le radar, nous avançons dans l’ouate et n’entendons que le bruit du moteur, et celui des avions de chasse qui s’entraine au dessus de notre tête. Le temps s’éclaircit un peu à l’approche de notre destination, nous apercevons d’autres voiliers dans les environs, et rentrons dans la marina sans problèmes. Au milieu de la nuit, le vent et la pluie se déchaineront, pour se calmer le lendemain matin.


Date de création : 08/08/2014 ¤ 09:20
Catégorie : -
Page lue 2425 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  477164 visiteurs
  11 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 204 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
La Lettre des MDLC
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
121 Abonnés