• bandeau_mdlc1
Vous êtes ici :   ACCUEIL » Shenandoah - Episode 6
 
 
Recherche
Recherche
Nouveautés du site
(depuis 20 jours)

Baltique 2014, épisode 6 : Göta Kanal "historique" 

Lundi 23 juin : Dernière journée sportivo-culturelle à Trollhättan : ce matin, nous partons à vélo pour visiter le musée du canal, qui ouvre ses portes après la pose hivernale, puis la centrale hydro-électrique toute proche ; l’après-midi sera consacrée à une dernière visite à Trollhättan, qui a perdu ses allures de ville fantôme. A 10h05, le conservateur du musée nous accueille avec beaucoup de chaleur et de gentillesse : nous sommes manifestement ses premiers visiteurs de l’année. Un petit film (en anglais) nous raconte l’histoire du canal et de la construction des écluses, puis nous nous promenons à travers la collection de maquettes, de photos et d’outils originaux utilisés dans les différentes phases de construction. A la sortie du musée, nous nous dirigeons vers la centrale de Olidan, qui se fond dans un décor de rochers et de forêts ; c’est la première centrale hydro-électrique du pays, ouverte en 1910 et toujours en fonctionnement à l’heure actuelle (l’électricité produite en Suède aujourd’hui est majoritairement d’origine hydraulique). Nous admirons le bassin de retenue, le dispositif d’élimination de la glace, la salle des turbines qui ronronne doucement, la grue au bout du chemin de fer en amont de la centrale qui descendait jadis les pièces les plus lourdes au niveau des turbines … et, au passage, le paysage qui nous entoure. La domestication des « chutes du diable » a révolutionné l’histoire de toute la région du Lac Vänern, et fait de Trollhättan un grand centre industriel ; entre autres, cette ville est le berceau de la firme Saab, dont les anciennes usines sont aujourd’hui occupées par divers musées ; ces chutes méritent bien qu’on les fasse revivre de temps en temps.

Mardi 24 juin : Départ un peu avant 9h pour Vänersborg, la ville où se termine le canal de Trollhätte. Quelques ponts à passer, et surtout la dernière écluse que nous négocions en « pro », et nous voilà sur le bord du lac Vänern vers midi. Après-midi repos/shopping sous un soleil de plomb.

Mercredi 25 juin : Nous entamons la traversée du lac Vänern, le plus grand lac de Suède (le 3ième plus grand d’Europe) sous le soleil, et au moteur. Après 10 miles, nous commençons à louvoyer vers notre destination, mais la qualité des bords souffre de la faiblesse du vent ; déçus, nous enroulons le génois, jusqu’à ce que le vent adonne et forcisse un peu ; nous redéroulons le génois et partons au près, tandis que le vent continue à adonner et que nous nous retrouvons au grand largue… puis sans vent. Nous affalons tout. Il ne nous reste plus qu’à traverser un gros tas de cailloux, via 7 miles de chenaux balisés de petits piquets rouges et verts, pour aller nous amarrer face au splendide château de Lackö en fin d’après midi.

Jeudi 26 juin : Curieux, nous entamons la journée par la visite de cet énorme château blanc, considéré comme un des plus beaux de Suède, niché au sommet d’une presqu’île rocheuse parmi les oiseaux. La guide nous raconte l’histoire de cette forteresse militaire offerte par la couronne de Suède à un comte au 17ième siècle, et transformée en « résidence secondaire » par son fils qui deviendra un des ministres les plus influents du pays ; chaque pièce visitée sera le prétexte d’anecdotes où elle évoque avec beaucoup d’humour la mentalité et les coutumes de l’époque, et le style de vie luxueux du comte et de sa famille. Nous repartons en début d’après-midi pour Mariestad, quelques tas de cailloux plus loin. Nous apercevons de loin la tour très pointue de la cathédrale, mais sur l’eau, le chemin le plus sage n’est pas toujours la ligne droite.

Vendredi 27 juin : Pour la première fois depuis notre départ de Wolphaartsdijk, nous nous éveillons sous un ciel gris et bouché (jusqu’ici, nous n’avions été surpris çà et là par quelques averses, soit de courte durée, soit nocturnes). La journée se passera sous le signe de l’eau ; nous profitons de quelques éclaircies pour découvrir la ville, assez agréable ; le temps d’une averse, nous admirons la cathédrale où répète le groupe qui participera ce soir au festival de musique de chambre. La fin d’après midi s’éclaircit un peu, mais la pluie reprend de plus belle pour la nuit.

Samedi 28 juin : Nous en avions rêvé depuis longtemps, nous avions commencé à préparer un projet concret l’année passée… et nous y voilà ! En début d’après midi, Shenandoah arbore fièrement le laisser passer bleu des bateaux qui traversent le « Göta Kanal » d’ouest en est, et nous avons passé sa première écluse : nous voici dans la cour des grands. Evidemment, dans notre imagination, nous franchissions la grande porte de bois en tee-shirt, sous un soleil radieux… et pas sous une pluie persistante, après 10 milles de navigation qui avait mis nos cirés (et notre confort) à rude épreuve. Il ne pleuvra qu’une seule fois aujourd’hui, au moins de 8h à 22h à notre connaissance. Mais qu’importe… Contrairement au canal de Trollhätte qui accueille des cargos de 89m de long et 13m de large, le canal du Göta n’a plus qu’une vocation touristique, reflétée par la taille de ses écluses qui ne dépasse pas 30m de long et 7m de large, avec une dénivellation d’environ 3m comparée aux 8m des écluses de Trollhättan. L’éclusier qui prend nos amarres à Sjötorp est plein de gentillesse, et nous explique « la procédure », amarrage court frappé à l’arrière, longue amarre frappée loin à l’avant, déviée par le taquet avant jusqu’au winch ; au fur et à mesure de la montée des eaux, il suffit de reprendre l’amarre avant au winch. Il précise aussi que, pour l’écluse suivante, un(e) équipier(ère) devra descendre à quai pour gérer tout ça nous même. Nous nous arrêtons à la marina, au pied de la deuxième écluse.

Dimanche 29 juin : A notre lever, le ciel est toujours gris, mais ne nous tombe plus sur la tête. Après avoir observé quelques passages d’écluses (question de parfaire nos connaissances pour demain), nous visitons le musée du canal (bien sûr, le canal du Göta a aussi son musée) et faisons le tour de la ville (un café, deux restos, une poissonnerie qui ne vend que du poisson fumé et quelques boutiques d’objets artisanaux). Pour cet après midi, nous avons acheté un paquet de bois et réservé le sauna, une cabane en bois logée au bout d’un ponton au milieu du port. Guy allume le feu comme un pro, et, à notre surprise, nous obtenons une bonne température en 10-15 minutes ; notre refroidissement est assuré par une échelle qui descend du ponton dans l’eau du port (c'est-à-dire l’eau du lac)… et nous nous laissons sécher au soleil (mais oui, il se montre enfin) avant le sauna suivant. Une expérience que nous avons bien l’intention de renouveler, d’autant que notre paquet de bois est loin d’être épuisé !


Date de création : 30/06/2014 ¤ 09:19
Dernière modification : 30/06/2014 ¤ 09:26
Catégorie : -
Page lue 2796 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  486616 visiteurs
  10 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 206 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
La Lettre des MDLC
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
123 Abonnés